5 décembre 2018 Phytothérapie et herboristerie

Phytothérapie et herboristerie : un métier d’avenir en France

La phytothérapie est une pratique médicale qui se repose sur l’utilisation des plantes médicinales pour prévenir et soigner les maladies. En France, l’usage de médicaments à base de plantes est soumis à la législation française et européenne dans le but de protéger les utilisateurs. Cela dit, c’est un marché en pleine expansion dans le pays et il se fait de plus en plus apprécier. En effets, tout en usant des origines ancestrales et en tirant profit de la médecine moderne, la phytothérapie et l’herboristerie représentent aujourd’hui un métier solide et attrayant. Les boutiques de phytothérapie en ligne se font, d’ailleurs, de plus en plus nombreuses en France.

plantes médicinales

Historique

Le métier d’herboriste consiste à préparer, à mélanger et à transformer les plantes sous d’autres formes comme des huiles, des tentures mères, des onguents, etc. Depuis déjà des années, cette pratique est reconnue officiellement comme une profession à part entière. Les professionnels des plantes médicinales sont des gages d’assurance en matière de la connaissance des effets de chaque plante sur la santé. Bien au-delà du conseil que les phytothérapeutes actuels peuvent fournir, leurs connaissances sont des éléments essentiels dans la pratique de cette forme de médecine.

En France, on compte actuellement plus d’une quinzaine d’herboristeries et presque toutes les officines disposent d’un rayon réservé pour la médecine ancestrale. 40% des Français déclarent, par ailleurs, avoir recours à la phytothérapie de façon régulière, selon des études menées dans le sens.

Une médecine très bénéfique

Les plantes dites médicinales possèdent de nombreuses vertus, entre autres curatives. Elles constituent les premiers médicaments utilisés par les hommes, bien avant que les recherches scientifiques ou la médecine moderne n’apparaissent. Les médicaments à base de plantes et les plantes médicinales peuvent être délivrés sans prescription. C’est pourquoi il est possible de s’en procurer dans une boutique de phytothérapie en ligne. Et bien que se soigner avec les plantes reste toujours un sujet indécis auprès de certaines personnes, sa pratique se fait de plus en plus populariser. Une plante utilisée à bon escient et au bon dosage ne peut qu’être bénéfique pour la santé, d’autant qu’elle respecte la physiologie de l’organisme sans provoquer d’intoxications ou d’effets nocifs. Et avec les connaissances modernes, les experts ont pu déterminer les propriétés endocriniennes et neuro-végétatives des plantes, en plus des vertus connues depuis leurs découvertes. La phytothérapie et l’herboristerie sont ainsi issues de plusieurs années de pratique.

La pharmacopée française

149 plantes sont actuellement recensées dans la pharmacopée française. Et les Français semblent être très intéressés par la pratique de la phytothérapie avec un taux de 1 personne sur deux. Par ailleurs, ce marché représente un chiffre d’affaires élevé et une croissance annuelle assez significative. Encore, c’est un marché qui peut s’articuler autour de plusieurs acteurs dont des agents polyvalents, des spécialistes en conseil, des professionnels en nutrition ou en cosmétique, des laboratoires ou des pharmaciens. Il va ainsi sans dire que c’est un métier plein de concurrence, mais surtout plein de succès et d’avenir. Aujourd’hui, le recours à la phytothérapie devient presque inévitable, d’autant plus que le marché réussit progressivement son entrée dans le monde de la croissance de l’industrie pharmaceutique. Enfin, dans le contexte où le retour à des pratiques plus saine, plus naturel, et au bien-être est très plébiscité, la phytothérapie pourrait connaître un certain engouement.

Finalement, il est important de rappeler que les plantes médicinales et les médicaments à base de plantes recensées dans la pharmacopée française sont utilisables par plusieurs manières et sans l’intervention d’un médecin. Les dispensations et les conseils de l’herboriste sont toutefois recommandés pour des raisons de sécurité. Les administrations les plus courantes sont la voie orale et l’inhalation. L’injection n’est pas inscrite dans la règlementation, néanmoins jusqu’à maintenant.

Phytothérapie et herboristerie : un métier d’avenir en France
Laissez un avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *